idées Bio
samedi 16 octobre 2021

Cycle de vie d’un smartphone : les dangers écologiques, sociaux et sanitaires

Le smartphone, ce téléphone doté de technologies ayant révolutionné le monde sous plusieurs angles : réduction de la distance, amélioration de la communication, facilitation des recherches…

Ses avantages sont nombreux et on ne nous fait voir que ça, une stratégie pour augmenter la vente et les profits au dépit de la planète, car le cycle de vie d’un smartphone n’est en rien bénéfique pour la Terre, on vous explique tout à travers cet article.

Smartphone et écologie : ce qu’il faut savoir

Avant de parler du cycle de vie d’un smartphone, on doit consulter certains chiffres alarmants :

  • Un téléphone parcourt une distance équivalente à 4 tours du monde dès le moment de sa conception jusqu’à sa commercialisation.
  • Un smartphone fait entrer en jeu l’utilisation de 70 matériaux.
  • Pour pouvoir fabriquer un smartphone de nos jours, environ 45 kilos de matières premières sont nécessaires.
  • 56 kg de dioxyde de carbone sont émis durant le cycle de vie d’un nouveau smartphone.

Même ces chiffres n’ont pas empêché la vente de plus de dix milliards de smartphones de 2007 à 2018. De plus, en France, 88% de la population change son téléphone tandis que l’actuel fonctionne encore.

Pour résumer, un smartphone pollue énormément la planète, ses impacts sont d’ordre :

  • Environnemental.
  • Sanitaire.
  • Social.

Et ¾ des impacts environnementaux surviennent pendant la fabrication du smartphone et c’est en analysant son cycle de vie qu’on le comprend.

Analyse du cycle de vie d’un smartphone

Souvent diminué à “AVC” pour “Analyse de Cycle de Vie”, c’est la méthode d’évaluation de l’impact d’un service ou d’un produit sur l’environnement. Tout est pris en considération en ce qui concerne ledit produit (smartphone dans ce cas) depuis la conception jusqu’à la fin de vie dans le but de repérer les effets polluants.

Le cycle de vie d’un smartphone

D’abord, on doit déterminer les différentes étapes d’existence du smartphone pour pouvoir ensuite les analyser, on a :

  • La conception ;
  • L’extraction des matières premières ;
  • La fabrication de ses composants ;
  • L’assemblage des pièces ;
  • La distribution ;
  • L’utilisation ;
  • La fin de vie.

La conception est la partie non impactante, des spécialistes en électronique et en télécommunication entre autres, se réunissent pour imaginer le design et les fonctionnalités à intégrer au prochain smartphone qui sortira.

Extraction des matières premières

Afin de pouvoir collecter les différents matériaux qui composeront le smartphone, plusieurs métaux sont nécessaires, il faut déplacer et remuer de la terre pour en extraire certains et cela peut impacter des êtres vivants.

Et donc dans différents endroits au monde, cette extraction va engendrer :

  • La destruction d’écosystèmes, la pollution de l’air, du sol et de l’eau à cause du minage de métaux rares.
  • Les régions de mines exposent les populations avoisinantes à des maladies.
  • Des conditions de travail désastreuses et dangereuses dans les mines.

La fabrication et l’assemblage des composants d’un smartphone

Un smartphone se composer de : carte mère, caméra (ou plusieurs), une carte réseau, un écran, une batterie, un système-sur-puce…etc. Tous sont des composants qui doivent être fabriqués, les conditions de travail sont difficiles et ont un impact social important sur les salariés.

Distribution et utilisation

Une fois qu’un téléphone est fabriqué, finalisé et prêt à la vente, on l’expédie un peu partout dans le monde, on se demande alors quel en est l’impact ? Le transport se fait généralement par avion, ce dernier est connu pour émettre le plus de CO2 parmi tous les transports connus.

Pour ce qui est de l’utilisation, c’est un impact énergétique (pour charger le téléphone) mais aussi les différentes ondes qui interfèrent (communications téléphoniques, connexion wifi…Etc.) et qui peuvent s’avérer dangereuses pour l’homme.

La fin de vie du smartphone : le gros danger

Dans un cadre idéal, un smartphone qui n’est plus utilisé est normalement collecté pour être reconditionné ou pour qu’on réutilise ses matériaux (recyclage de smartphone).

Mais en réalité, plus de 50% des DEEE (Déchets d’Équipements Électriques et Électroniques) ne passent pas par la voie agréée, la plupart du temps, un smartphone se retrouve au fond d’un tiroir ou dans une décharge.

En outre, les déchets “numériques” non traités de la bonne manière peuvent dégager des substances toxiques pour l’être humain, entre 10 et 20% des DEEE sont envoyés à l’étranger (principalement en Inde ou en Afrique).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *